Les nouveaux programmes réaffirment l’importance de la place du jeu à l’école maternelle. Le jeu devient “une des spécificités de l’école maternelle”. l’espace et le temps de l’école “doit respecter le désir de jeu des jeunes enfants.Le développement de la pensée symbolique de l’enfant doit se nourrir du jeu, du langage et du dessin.”

Le jeu, dans les nouveaux programmes est défini comme une modalité d’apprentissage que l’enseignant doit prendre en compte.

On apprend en jouant et cela nous conforte dans nos convictions :

Le jeu favorise la richesse des expériences vécues des enfants dans l’ensemble des classes de l’école maternelle et alimente tous les domaines d’apprentissages. Il permet aux enfants d‘exercer leur autonomie, d’agir sur le réel, de construire des fictions, de développer leur imaginaire. Il leur permet également de communiquer avec les autres, de se construire au sein d’une communauté et d’y tisser des liens forts d’amitié. (…)L’enseignant donne à tous les enfants un temps suffisant pour déployer leur activité de jeu.Il les observe dans leur jeu libre afin de mieux les connaître. Il peut également participer à  un jeu initié par des enfants pour l’encourager, le complexifier par des interventions verbales ou un nouvel aménagement. Il propose aussi des jeux structurés visant explicitement des apprentissages spécifiques. L’enseignant permet aux enfants de s’approprier ces différentes manières  de jouer et il est capable de s’ouvrir à l’imprévu en respectant leur intérêt.”

Les instructions officielles insistent sur une idée forte que nous partageons et qui a fait naître ce site c’est  le travail en équipe. Les enseignants doivent constituer un répertoire commun de pratiques, d’objets et de matériel (matériel didactiques, jouets, livres,  jeux).

Les jeux de coopération prennent toute leur importance dans la construction de soi car à l’école on apprend à coopérer, à respecter des règles.

Le jeu permet de partager des moments communs d’émotion, de plaisir et de réflexion, moments forts que réaffirment les nouveaux programmes.

Pour oser prendre la parole, les jeux de fiction sont définies par les programmes comme des situations décisives pour solliciter de façon plus systématique les élèves peu ou non parleurs.Il est désormais écrit que l’enseignant se doit de jouer avec les enfants, de participer à leurs jeux.

Le jeu apparaît clairement comme une condition et un moyen pour permettre aux élèves de réussir.